mars 5, 2018 Damien Marenne

Presbytie et verres progressifs : tout ce qu’il faut savoir

La presbytie vient avec l’âge et se manifeste par les difficultés à voir les mots écrits en petits caractères et le besoin de plus de luminosité pour les gestes de précision devant le miroir. Parmi les différents moyens pour y remédier, les verres progressifs sont les plus efficaces pour regagner un certain niveau de confort visuel avec une seule paire de lunettes qui améliore autant la vision de loin que celle de près.

Quand penser aux verres progressifs ?

Les premiers signes de la presbytie surviennent à partir de 40 ans, la période où votre vue commence à baisser et qu’il est nécessaire de l’améliorer avec des dispositifs adaptés. Donc, si vous ressentez de plus en plus de gêne à voir et que vous avez des problèmes de maux de tête et de fatigue visuelle, il est temps de demander l’avis de votre opticien concernant les verres progressifs. À noter que ce trouble visuel qui vient avec l’âge ne sera plus aussi intense à partir de 60 ans, mais en attendant, il vaut mieux suivre les recommandations du professionnel pour suivre l’évolution de la vision.

S’adapter aux verres progressifs

Si autrefois il était particulièrement difficile de s’habituer aux verres progressifs, ce n’est plus le cas aujourd’hui avec les nouvelles technologies appliquées pour traiter la presbytie. En effet, les différentes zones de vision de loin, de vision intermédiaire et de vision de près de vos verres progressifs sont plus faciles à déterminer et votre opticien vous aidera à vous adapter en vous indiquant de légers mouvements de la tête au lieu de vous servir des yeux pour regarder à travers chaque zone. Pour le premier jour, il est conseillé de ne porter les lunettes à verres progressifs que pendant quelques heures, avant d’accroitre petit à petit ce temps pour s’habituer.

Nous Contacter!